La suspension des vols des Concorde d’Air France est maintenue

LES CINQ Concorde d’Air France restent pour le moment consignés au sol, a décidé, vendredi 11 août, Jean-Claude Gayssot, ministre des transports, qui estime que trop de zones d’ombre demeurent sur les causes du crash du 25 juillet qui a coûté la vie à cent treize personnes près de l’aéroport de Roissy. Le Bureau enquêtes-accidents (BEA) avait semblé penser le contraire, en rendant public la veille un « point d’étape » où il proposait un premier scénario de la catastrophe ( Le Monde du 12 août) qui ne mettait pas directement en cause l’avion. « Si le scénario semble se dessiner, indique le ministère dans un communiqué, des incertitudes persistent sur la chronologie des faits et leur enchaînement ainsi que sur des éléments particuliers et spécifiques comme la source et l’importance de l’incendie.  »

Read more
De la « culture de la guerre » à la recherche de la sagesse, Nicolas Weill

La période étant dévolue aux voeux et aux bilans, le deuxième « Forum de l’année », coorganisé par Le Monde et Radio Classique, a invité, jeudi 13 janvier à la Sorbonne, plusieurs personnalités du monde politique, économique, syndical ou universitaire - de François Bayrou, président de Force démocrate, à Emma Bonino, députée européenne ; de Jacques Rigaud, président de RTL, à Jean-Christophe Rufin, ex-président de Médecins sans frontières - à dresser un « état des lieux ». De ces diverses communications s’est dégagé le constat suivant : une fois évacuées les paniques liées au bogue, apaisée l’atmosphère de dévastation que les intempéries ont infligée aux hommes et au paysage à la veille du 1er janvier 2000, et une fois retombé l’enthousiasme festif des réveillons, changer d’année, de siècle, de millénaire, ne signifie décidément pas changer d’époque. Et si mutation il y a, celles-ci ne se produisent pas là où on peut les attendre, ni surtout comme on les souhaiterait.

Read more
Alerte à la listériose

UNE NOUVELLE épidémie de listériose sévit depuis quelques semaines en France. Elle a déjà fait trente victimes, dont sept sont décédées des suites de l’infection. Les trente cas ont été recensés dans dix-neuf départements. En dépit des enquêtes épidémiologiques en cours, l’origine de la contamination n’a pas pu être identifiée. Une cellule de crise a été réunie, vendredi 18 février, au secrétariat d’Etat à la santé. Les autorités sanitaires hésitent sur les modes d’information à mettre en oeuvre tant que la source de la contamination n’a pas été établie. La dernière « alerte grave » avait été lancée en janvier après la découverte de six cas de listériose, dont deux mortels.

« Un grand jour pour les consommateurs »

Joel Klein, patron du bureau antitrust du département américain de la justice : « Nous sommes considérablement satisfaits de la décision de la cour qui a conclu dans le sens de nos accusations. […] C’est une importante victoire pour les consommateurs et l’économie américaine. Cela montre une fois encore qu’en Amérique, aucune personne et aucune société n’est au-dessus des lois. »

Read more
Mobilisation en faveur de « Baise-moi »

Après l’annulation du visa d’expoitation du film de Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi, Baise-moi, par le Conseil d’Etat, les réactions dans la profession se font de plus en plus vives. Le distributeur Marin Karmitz se déclare « effaré » par les propos de Catherine Tasca, ministre de la culture, commentant cette décision dans Le Monde du 4 juillet : « Il est évident qu’il y a un trou dans le dispositif législatif pour la protection des mineurs. Il faut remplir ce cadre juridique, tout en empêchant l’extrême droite de s’attaquer, une nouvelle fois, à la culture. » A l’initative de Catherine Breillat, une pétition en faveur du film circule actuellement, dont les premiers signataires sont les cinéastes Catherine Breillat, Romain Goupil, Tonie Marshall, Jeanne Labrune, et le producteur Humbert Balsan. Celle-ci réclame pour le film « la restitution immédiate d’un visa d’exploitation en autorisant la vision à toute personne majeure » et appelait à une manifestation de soutien, à Paris, devant le cinéma MK2 Odéon, qui projette Baise-moi, mercredi 5 juillet, à la séance de 20 heures.